Adamant 12 mai

Continuer, pour ceux qui veulent/peuvent à prendre des photos : gens masqués dans la rue

Le musée de Prisme : il dessine en creux l’espace du dehors, en montrant ce qu’il manque, ce qui est devenu rare ou introuvable dans le monde du dehors

Végétaux étranges : Céline évoque les pommes de terre germées

À venir : séance photo des personnages de Prisme (en-dehors des pionniers).

Discussion sur les costumes :

Ego propose de garder en tête les masques, des masques particuliers. Tout le monde ne porterait pas de masque, mais quelques uns. Les bandages japonais. Qui masqueraient des blessures, des étrangetés physiques (?)

En terme de jeu, d’énergie, c’est une sorte de léthargie qui domine, état qu’interrompent seulement des micros événements (Sepia apprend à faire les œufs durs) ou des mega événements (on reçoit un message non identifié)

Ego propose que l’on porte la barbe. Un laisser aller général.

Pas de costumes qui fasse déguisement. On est plutôt dans un quotidien dégradé, un peu étrange. Seuls Ego et Vinyl, qui sortent, ritualisent un peu leurs sorties, et éventuellement ont une apparence travaillée, une apparence qui sert d’armure.

On parle des cheveux. Forcément un peu foutraques. Possibilité d’acheter des perruques.

Merlin : Simple. Chemise à manches longues, pantalon, chapeau melon.

IGN : À peu près habillé comme il est, mais avec des dégradations importantes : trous, salissures

Ego : Dock, vieux treillis, T-shirt FBI

Akoibon : Chemise blanche,

Carole : médecin généraliste. Elle est toujours en pijama + blouse. En-dehors de son « activité » de rêvologue, elle pose des diagnostics sur tout le monde.

Examens de santé extrêmement réguliers sur tous les membres de prisme.

Cassandre : Jupe argentée, pull

Sepia : T-shirt large, pantalon genre sarouel

Sepia, ancienne bibliothécaire, prête des objets, mais note chaque prêt sur son petit carnet. Ses anciens réflexes de bibliothécaire n’ont pas disparu. Cette pratique est à l’évidence une occasion de conflit.

Céline dit qu’elle peut récupérer des fiches de prêt à l’ancienne

« On ne prête pas les champignons comme on prête un livre. »

Tout le monde pieds nus ?

Décor : une pile de masques, au cas où… Et des chaussures, en nombre

À venir : improvisations

Discussion philosophique Merlin / Akoibon à partir du texte enregistré d’Akoibon (« Est-ce que tout se vaut… ? »

Trouver un nom pour la rêvologue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *