About Simon



View all posts by Simon

Adamant 26 mai

En italique, ce sont des remarques, des suggestions que je fais pendant l’atelier, ou qui me viennent après-coup.

IGN : le cartographe repenti

Aurait-il envoyé les Pionniers sur une fausse piste ?

IGN lit un texte sur la cartographie : « qui sait construire une carte sera maître du monde ».

IGN qui voudrait retrouver une forme d’origine de la cartographie, plus simple, plus lisible

Alors, peut-être de la même façon que Merlin a abandonné les développements et la réflexion au profit de la conclusion, IGN pourrait, dans un esprit de rébellion contre la complexité illisible des cartes modernes, se libérer de la nécessité de « coller au territoire » pour créer ses propres cartes sans se soucier de la nécessité de rendre compte du réel.

Une sorte de pacte implicite entre Ego et IGN, chacun fermant les yeux sur la vision discutable qu’à l’autre du dehors : pour IGN, un compte rendu de l’espace qui prend de très grandes liberté avec la réalité du terrain, pour EGO, un compte rendu de ce qu’il se passe sur le territoire qui prend… de très grandes liberté avec la réalité du terrain.

Quand et comment comprendra-t-on que les cartes d’IGN sont « fausses » ?

Le souhait secret d’IGN : que les hommes redeviennent nomades.

Les accessoires des uns et des autres :

Carnet attaché avec un élastique pour Sepia

Une canne pour Merlin (?) et par ailleurs, Merlin a son fauteuil, qui a une place désignée.

Dans l’espace de Prisme, chacun a plus ou moins sa place.

Les gants : ils sont conservés dans un endroit bien protégé. On les sort pour des occasions spéciales, notamment lorsqu’il faut manipuler un objet venant de l’extérieur.

Un petit espace d’exposition : vitrines éclairées

Ressources :

Évocation d’un livre « Une ville de papier » : dans les années 50 les cartes routières étaient fabriquées uniquement par les compagnies pétrolières. Pour éviter la copie, chaque cartographe de compagnie plaçait dans la carte une ville qui n’existait pas. Jusqu’au jour où quelqu’un va s’installer pour de bon dans l’une de ces villes inventées (Rosa monde).

Tim Ingols : une brève histoire des lignes

La jetée : on y évoque le « pays lointain ». Les costumes dans la jetée : des costumes de tous les jours.

Bradbury : le promeneur / The lost city of Z

Rien trouvé en peinture

La plage / Divergente / L’île au trésor / Inception

IMPROVISATIONS :

Merlin et Akoibon : sans nouvelles des Pionniers depuis un moment, il y a eu une réunion et un vote pour décider quoi faire face à ce silence, cette disparition. Le seul qui n’a pas voté, c’est Akoibon et c’est la voix qui manque pour sortir de l’égalité, donc de l’indécision : ils sont aussi nombreux à vouloir envoyer une seconde mission qu’à vouloir ne pas bouger.

On s’était habitué au ronron des nouvelles de plus en plus lointaines. On s’était même habitué à ne plus avoir de nouvelles…

Akoibon expliquera pourquoi c’est difficile, voire impossible, pour lui, de choisir, tandis que Merlin cherchera à le coincer, à l’obliger à se prononcer.

Tirer les dés, comme un échappatoire, une façon de couper court à la discussion.

Akoibon se défile. C’est peut-être aussi sa position générale par rapport à ce projet de mission des Pionniers. Il veut rester le plus dégagé possible et ce projet, en soi, représente un engagement extrêmement fort.

Quelques phrases d’Akoibon :

Je propose d’ajourner la décision… on a largement le temps d’hésiter… il y a beaucoup de variables.

Revenir à la chronique écrite précédemment (chronique radio) pour alimenter la séquence.

Peut-être qu’un jour Akoibon a fait un mauvais choix, a été obligé de choisir, et ça s’est très mal terminé.

IGN et Cassandre :

IGN demande à Cassandre d’être moins négative dans ses interventions et chroniques diverses, car elle démoralise tout le monde.

Adamant 12 mai

Continuer, pour ceux qui veulent/peuvent à prendre des photos : gens masqués dans la rue

Le musée de Prisme : il dessine en creux l’espace du dehors, en montrant ce qu’il manque, ce qui est devenu rare ou introuvable dans le monde du dehors

Végétaux étranges : Céline évoque les pommes de terre germées

À venir : séance photo des personnages de Prisme (en-dehors des pionniers).

Discussion sur les costumes :

Ego propose de garder en tête les masques, des masques particuliers. Tout le monde ne porterait pas de masque, mais quelques uns. Les bandages japonais. Qui masqueraient des blessures, des étrangetés physiques (?)

En terme de jeu, d’énergie, c’est une sorte de léthargie qui domine, état qu’interrompent seulement des micros événements (Sepia apprend à faire les œufs durs) ou des mega événements (on reçoit un message non identifié)

Ego propose que l’on porte la barbe. Un laisser aller général.

Pas de costumes qui fasse déguisement. On est plutôt dans un quotidien dégradé, un peu étrange. Seuls Ego et Vinyl, qui sortent, ritualisent un peu leurs sorties, et éventuellement ont une apparence travaillée, une apparence qui sert d’armure.

On parle des cheveux. Forcément un peu foutraques. Possibilité d’acheter des perruques.

Merlin : Simple. Chemise à manches longues, pantalon, chapeau melon.

IGN : À peu près habillé comme il est, mais avec des dégradations importantes : trous, salissures

Ego : Dock, vieux treillis, T-shirt FBI

Akoibon : Chemise blanche,

Carole : médecin généraliste. Elle est toujours en pijama + blouse. En-dehors de son « activité » de rêvologue, elle pose des diagnostics sur tout le monde.

Examens de santé extrêmement réguliers sur tous les membres de prisme.

Cassandre : Jupe argentée, pull

Sepia : T-shirt large, pantalon genre sarouel

Sepia, ancienne bibliothécaire, prête des objets, mais note chaque prêt sur son petit carnet. Ses anciens réflexes de bibliothécaire n’ont pas disparu. Cette pratique est à l’évidence une occasion de conflit.

Céline dit qu’elle peut récupérer des fiches de prêt à l’ancienne

« On ne prête pas les champignons comme on prête un livre. »

Tout le monde pieds nus ?

Décor : une pile de masques, au cas où… Et des chaussures, en nombre

À venir : improvisations

Discussion philosophique Merlin / Akoibon à partir du texte enregistré d’Akoibon (« Est-ce que tout se vaut… ? »

Trouver un nom pour la rêvologue

Adamant 28 avril

Compte rendu de la séance de Prisme (en italique, ce sont des interventions de ma part, ou des notes après-coup) :

Isabelle propose des phrases que l’on entendrait à l’occasion d’une recherche de programme sur les ondes radio :

« Ses parents ne l’ont jamais vu sur scène, c’est quand même une blessure énorme. »

« On peut faire dire n’importe quoi aux chiffres »

« C’est une lumière qui fige »

« L’exécutif n’écoute pas assez les élus locaux »

«  Vous allez dire aujourd’hui, ce n’est plus notre problème »

« Pourquoi je me suis senti si bien après … »

« La première chose qui m’a aidé c’est la musique. »

Une bande son à fabriquer qui soit faite avec des morceaux de sons, de phrase…

Accentuer l’idée de confinement dans Prisme. Volets mi-fermés. Extérieur lointain.

Le film qui commencerait par une série de portraits sur les réactions des uns et des autres à la pandémie. Ça peut être aussi seulement des voix.

La pandémie comme moment de bascule au cours duquel les personnages actuellement définis se sont construit :

Merlin qui était autrefois prof de philo. Il ne supporte plus aucune forme d’explication et d’argumentation. Qui viendrait entre autre d’une réaction à la façon dont les pouvoirs publics ont géré la crise.

Ego était dans la réflexion et à un moment donné, il a vécu un drame (mort de sa femme et de ses enfants) et il passe « à la vitesse supérieure ». Il était flic. Il a décidé de passer à l’action.

Sepia qui était bibliothécaire.

Importance de préciser les choses, de les rendre concrètes. Par exemple, Sepia ex bibliothécaire peut donner lieu à filmer une bibliothèque…

Akoibon était trader. Il jouait en bourse.

Ign était géographe.

Cassandre était sage-femme.

Le seul lien de Prisme avec l’extérieur c’est finalement Ego (et Vinyl…)

Sébastien évoque la nécessité qu’il y ait du conflit dans le groupe. Des désaccords. Ce qui semble plus que probable étant donné la nature des uns des autres.

À penser, à intégrer dans le récit à venir: la difficulté d’être en groupe, confinés.

Bruno propose de scanner des objets qui se trouvent sur l’Adamant (pour nourrir le blog). Il évoque aussi le désir de X, graphiste, passionnée par la vidéo, d’assister au montage. X propose également de créer des visuels pour le film fini…

Le complotisme aurait sa place dans cette histoire : suppositions sur ce qui se passe dehors. Suppositions sur ce qui se passe dedans…

Vos mots, vos images de confinement

Lundi dernier, j’ai retrouvé Bruno, Wilfried et Carole sur l’Adamant. Voilà quelques pistes de « travail » que je vous propose, Prisme et Pionniers, Adamant et Butte Verte, pour avancer :

Faites des photos des environs de votre chez vous qui montrent les lieux vides (places, rues, routes…)

Faites des selfies de vous-mêmes, confinés. Une photo plutôt souriante, une autre plutôt malheureuse.

À quoi ressemblera le monde après l’épidémie? Qu’est-ce qui changera, pour vous et pour tous ? Ou pas ? Écrivez ou enregistrez (sur votre téléphone par exemple). Vous pouvez écrire ce que vous pensez personnellement. Vous pouvez aussi écrire en tant que personnage, c’est à dire que vous pouvez inventer tout que vous voulez…

Quels seraient vos rêves pour « le monde d’après »? Là encore, vous pouvez répondre en tant que Sébastien, Carole, Nabil ou Laurent… ou en tant qu’Ego, rêvologue, Hamid Hamoud ben Enfoud ou Lorenzo…

On va imaginer que dans notre histoire, comme ce sera le cas dans le « monde réel », il y aura un avant et un après de la pandémie. Et que cette pandémie nous a transformé. C’est l’occasion de penser à qui étaient vos personnages avant la pandémie, et le confinement, et à ce qu’ils sont devenus. Par exemple, nous avons imaginé Lundi que la rêvologue autrefois était médecin généraliste, et Merlin, professeur de philosophie. Pour la Butte Verte, on a beaucoup parlé des personnages, de ce qu’ils étaient avant de rejoindre Prisme. Mais on peut chercher à imaginer, pour tout le monde, comment un moment comme celui que nous vivons peut transformer une vie. Comment Hamid Hamoud Ben Enfoud s’est retrouvé du jour au lendemain avec ses cigarettes sur les bras. Comment le confinement a radicalement changé Geneviève. Qui était Ego avant le confinement et comment a-t-il changé? etc. Je préciserai éventuellement les questions pour les uns et les autres. Et j’attends aussi bien sûr vos questions. De questions en questions, on trouve des réponses qui finissent par raconter une histoire… à bientôt.

Simon